Filimbi
Nous connaître
Agir
Siffler
Médias
Actualité


COMMUNIQUE N°30:N'ABANDONNONS PAS NOS FRERES D'UVIRA ET DE DJUGU


Le 11 mai 2020

Nous suivons avec beaucoup d'inquiétude l'évolution de la situation à Uvira (Province du Sud Kivu) ainsi qu’à Djugu (Province de l’Ituri). Depuis plusieurs semaines en effet, ces deux territoires de notre pays sont confrontés, le premier à une catastrophe humanitaire sans précédent, et le second à une  recrudescence de l’insécurité due à des activités belliqueuses.

Pour rappel, le 17 avril 2020, pendant près de dix heures, de fortes pluies se sont abattues à Uvira. Elles ont  causé d’énormes dégâts humains et matériels: 40 morts selon les chiffres avancés par le maire-adjoint d’Uvira. Plusieurs personnes ont été portées disparues, des maisons ont été détruites et d’autres emportées par les courants d’eau. Les autorités municipales et sanitaires ont estimé qu’environ 78 000 personnes ont été directement affectées par cette catastrophe. Les pluies qui ont suivi ont également occasionné plusieurs dégâts et ont entrainé la montée des eaux du Lac Tanganyka : plusieurs quartiers d’Uvira ont été dévastés. L’usine de traitement d’eau de la Regideso a été durement touchée lors de la pluie diluvienne au point qu’il y a  risque de rupture de fourniture d’eau, ce qui pourrait entrainer la recrudescence des maladies comme le  choléra. L’accès par la route à Uvira à partir de la ville de Bukavu est aussi interrompu sur près de 90 kilomètre, créant ainsi des difficultés importantes pour l’acheminement de l’aide d’urgence dans cette contrée. De même, les ponts reliant Uvira à Runinga et Sange sur la Route Nationale numéro 5 sont coupés. Les autorités locales n’ont pas la capacité de répondre aux besoins urgents de la population sinistrée : l’accès à la nourriture, à l’eau potable, aux articles ménagers essentiels, aux abris, à la protection et aux soins de santé. La plupart des sans-abri ont pris d’assaut les écoles pour se réfugier. Les capacités de réponse sur place en santé sont aussi affectées.  Aucune assistance n’est disponible à Uvira. La soudaine survenue des inondations risque de compliquer la lutte contre la pandémie de COVID-19, bien que cette partie du pays n’ait pas encore été atteinte.

De 1999 à 2003, la Province de l’Ituri a connu une guerre intertribale qui  a fait des dizaines de milliers de morts. 17 ans après la fin de ces hostilités, cette partie du pays n’a toujours pas retrouvé la paix. Massacre des civils à la manchette, pillage et incendie des villages sont devenus le quotidien des habitants de cette province de notre pays.  Le CODECO, une branche des ADF,  sème la  terreur à Djugu. Depuis le début de l’année, selon plusieurs forces vives de l’Ituri et organisations de la société civile,  une centaine de personnes sont mortes dans les différentes attaques perpétrées par les miliciens de CODECO. Le 02 Mai 2020, les médias locaux et nations ont annoncé que  plus de 40 personnes dont les corps étaient déjà en décomposition  ont été retrouvées dans les villages de la chefferie de Panduru et Anghal 2. Nul doute qu’elles ont été massacrées. Cette milice n’est, malheureusement pas la seule à opérer dans cette province Deux jours plus tard, le  04 Mai 2020, le village de Marabo, a été  attaqué par la FPIC, une milice plus connue sous le nom de « Chini Ya Kilima » : 12 personnes ont été tuées  d’après le Porte-parole des FARDC en Ituri. Le 4 mai 2020, Olivier Ngabu Songambele, Général auto-proclamé et seigneur de guerre de la milice CODECO a été arrêté. Malheureusement, malgré sa reddition sa milice demeure toujours active dans la région. De plus, certains notables craignent l’embrasement de la situation et indexent les Forces Armées de la République Démocratique du Congo qui seraient, selon eux, infiltrées par des forces négatives. 

Face à la situation que vivent nos frères et sœurs d’Uvira et de Djugu, nous ne pouvons rester insensibles. La faible mobilisation du gouvernement central à ce sujet est regrettable. Nous tenons à exprimer notre solidarité à tous ces compatriotes traversant des moments douloureux et pénibles. En effet, ces différentes crises, sanitaires et sécuritaires, engendrent au sein de la population de ces deux territoires  des situations aux  conséquences alarmantes:

L'Etat a les prérogatives de sécuriser les populations et leurs biens. Il ne doit, sous aucun prétexte,   abandonner nos compatriotes d’Uvira et de Djugu car la  sécurité et la paix n’ont aucun prix. C’est ainsi que nous lançons  ce cris d’alerte et faisons les propositions urgentes suivantes pour venir en aide  aux populations vivant dans ces deux contrées.

  1. Concernant la crise consécutive à la catastrophe naturelle à Uvira
  • Relocaliser les populations privées de logement par les inondations et exposées à diverses infections et maladies

  • Mobiliser les ressources financières nécessaires à une réponse multisectorielle urgente aux sinistrés des fortes pluies à Uvira

  • Rendre disponible l’eau potable (le plus rapidement que possible) pour éviter la résurgence des maladies hydriques comme le choléra

  • Réhabiliter en urgence les ponts et les routes endommagés

  • Identifier les structures de prise en charge médicale gratuite, les renforcer en intrants et sensibiliser/orienter les sinistrés pour fréquenter ces structures

  • Assister en vivres et en non vivres les sinistrés en particulier et à toute la population  d’Uvira en général.

  1. Concernant la crise sécuritaire à Djugu
  • Faire le toilettage dans nos services de sécurité afin de répertorier et d’extirper les éléments nuisibles

  • Mobiliser les ressources militaires et logistiques nécessaires afin de rétablir au plus vite la paix dans cette partie du pays

  • Mobiliser et mettre en place les ressources nécessaires pour la prise en charge des déplacés, souvent abandonnés tristement à leur propre sort sans aide et sans aucune assistance de l’Etat

  • Multiplier les initiatives pouvant mener au rétablissement total de la paix en Ituri tout en n’encourageant pas l’impunité.

Les victimes des inondations d’Uvira et des tueries ignobles en Ituri ne sont pas seulement des chiffres pour une comptabilité macabre. Ce sont des citoyens congolais qui laissent des familles endeuillées.  Nous en appelons encore une fois  à la solidarité nationale et internationale vis-à-vis de nos compatriotes et nous exhortons nos autorités  à assumer pleinement les responsabilités qui sont les leurs pour l’intérêt de la nation.

Que Dieu bénisse la République Démocratique du Congo notre copropriété.

 

Floribert ANZULUNI
Coordonnateur 

Carbone BENI                                                                                                                                                    
Chargé du Réseau & Déploiement                                                                                                            


Télécharger le document
Partager :

Actualité nationale (Archives)
Actualité internationale (Archives)
Twitter


Nos coordonnées
  • +243 84 07 01 135 (whatsapp)
  • +32 466 38 70 90 (whatsapp)
  • filimbi243
  • Filimbi
Newsletter
Copyright © Mouvement Filimbi